Le test Oncotype DX®: une valeur ajoutée significative dans la pratique clinique

Pour les patientes atteintes d’un cancer du sein au stade précoce avec atteinte ganglionnaire

Le résultat Oncotype DX Breast Recurrence Score prédit le bénéfice de la chimiothérapie pour vos patientes ménopausées présentant un cancer du sein invasif au stade précoce RH+, HER2-, avec atteinte ganglionnaire (1 à 3 ganglions positifs), comme l’a démontré l’étude SWOG-8814.1 Les données issues de SWOG-8814 et RxPONDER montrent que la chimiothérapie peut être évitée à de nombreuses patientes.1-5*

Bénéfice de la CT exprimé en points de pourcentage, en fonction de la probabilité de récidive à distance avec/sans CT à 5 ans. Aucun bénéfice de la CT n'est établi pour un bénéfice absolu <1%.
*Le bénéfice de la chimiothérapie chez les patientes pré-ménopausées N1 dont les résultats RS® sont compris entre 26 et 100 n’a pas été évalué formellement dans le cadre d’une étude randomisée. Dans l’étude RxPONDER, le bénéfice tiré de la chimiothérapie était significatif à des résultats RS® de 0 à 13 et de 14 à 25 ; il en a donc été déduit qu’il est également substantiel chez les patientes ayant un résultat RS® compris entre 26 et 100.

Comment le test Oncotype DX aide-t-il à guider les décisions de traitement ?

L’étude SWOG 8814 a établi que le test Oncotype DX® est prédictif du bénéfice de la CT chez les patientes ménopausées avec atteinte ganglionnaire1. Les premiers résultats de l’étude RxPONDER s’ajoutent aux conclusions de SWOG 8814 en fournissant une estimation affinée du bénéfice de la CT chez les patientes N1, avec les résultats suivants6:

  • La chimiothérapie peut être évitée aux patientes N1 ménopausées dont le résultat Recurrence Score® est compris entre 0 et 25, quels que soient les paramètres clinico-pathologiques.
  • Les patientes N1 pré-ménopausées dont le résultat Recurrence Score est compris entre 0 et 25 tirent un bénéfice de 2,9 % de la chimiothérapie en termes de récidive à distance comme premier site à 5 ans.

L’utilisation du test Oncotype DX peut réduire le risque de surtraitement par chimiothérapie1,6

Une proportion importante7-8 de patientes ménopausées RH+, HER2-, avec atteinte ganglionnaire reçoivent une chimiothérapie car ces patientes présentent un risque clinique élevé en raison d’un moins bon pronostic9. Les taux moyens de traitement par chimiothérapie sans test génomique sont de l’ordre de 70 % pour cette population de patientes7-8. RxPONDER a démontré que bon nombre de ces patientes peuvent être surtraitées6; le test Oncotype DX peut donc aider à éclairer les décisions de traitement.


N1

Bien qu'ayant une valeur pronostique, le statut ganglionnaire ne permet pas de prédire le résultat Recurrence Score ni la biologie sous-jacente de la tumeur4


Au total, 566,438 échantillons de tumeurs examinés par le laboratoire Genomic Health (maintenant Exact Sciences) entre février 2004 et août 20174


UTILITÉ CLINIQUE DU TEST ONCOTYPE DX

En résumé, le choix de la chimiothérapie adjuvante peut être éclairé par le test Oncotype DX, qui permet d’identifier une part significative de patientes avec atteinte ganglionnaire (présentant jusqu’à 3 ganglions positifs) susceptibles de ne pas tirer de bénéfice de l’ajout de la chimiothérapie.1-6


PREUVES CLINIQUES CHEZ LES PATIENTES AVEC ATTEINTE GANGLIONNAIRE


Le test Oncotype DX Breast Recurrence Score* devrait être utilisé pour:

  • Toutes les patientes pour lesquelles la chimiothérapie peut potentiellement être évitée
  • Toutes les patientes pour lesquelles la chimiothérapie peut potentiellement sauver la vie

*Pour les patientes RH+, HER2- à un stade précoce, avec jusqu’à 3 ganglions envahis

ABRÉVIATIONS

CT = chimiothérapie;
HER2– = négatif au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain;
HR+ = positif aux récepteurs hormonaux;
LN = ganglion lymphatique;
N+ = avec atteinte ganglionnaire;
N0 = sans atteinte ganglionnaire;
N1mi = micro-métastases ganglionnaires lymphatiques positif +;
N1 = 1–3 ganglions positifs;
RS = résultat Recurrence Score

RÉFÉRENCES
  1. Albain et al. Lancet Oncol. 2010.
  2. Stemmer et al. NPJ Breast Cancer. 2017.
  3. Hortobagyi et al. SABCS. 2018.
  4. Bello et al. Ann Surg Onc. 2018.
  5. Nitz et al. Breast Cancer Res Treat. 2017.
  6. Kalinsky et al. SABCS 2020. GS3-00.
  7. Allemani et al. Int J Cancer. 2013.
  8. Zhang et al. Breast Can Res Treat. 2020.
  9. Tonellotto et al. Eur J Breast Health. 2019.
  10. Chen et al. Ann Surg Onc. 2007.
Making cancer care smarter.™