Preuves cliniques concernant le test Oncotype DX® chez les patientes avec atteinte ganglionnaire

Il a été prouvé dans le cadre de l’étude rétrospective SWOG-8814 que le résultat Recurrence Score® est prédictif du bénéfice de la chimiothérapie pour les patientes ménopausées RH+, HER2-, avec atteinte ganglionnaire1. L’étude prospective randomisée RxPONDER incluant plus de 5 000 patientes a été conçue pour affiner les estimations relatives au bénéfice de la chimiothérapie pour les patientes HR+, HER2-, ayant des résultats Recurrence Score de 0 à 25 avec 1 à 3 ganglions positifs3. Les premiers résultats de l’étude RxPONDER ont été décrits comme changeant la pratique.2

  • La chimiothérapie peut être évitée chez la majorité des patientes N1 ménopausées sur la base des résultats Recurrence Score® compris entre 0 et 25, quels que soient les paramètres clinico-pathologiques3
  • Les patientes N1 pré-ménopausées dont le résultat Recurrence Score est compris entre 0 et 25 tirent un bénéfice de la chimiothérapie évalué à 2,9% en termes de récidive à distance comme premier site à 5 ans3

Preuves cliniques

Étude SWOG-8814

L’analyse rétrospective de l’étude SWOG-8814, dans laquelle des patientes ménopausées RH+ avec atteinte ganglionnaire ont été randomisées pour recevoir une chimio-hormonothérapie versus une hormonothérapie seule, a établi que le résultat Recurrence Score est prédictif du bénéfice de la chimiothérapie chez les patientes avec atteinte ganglionnaire1, ce qui est cohérent avec les résultats obtenus dans le groupe sans atteinte ganglionnaire de l’étude clinique NSABP B-20.4-5

Le résultat Recurrence Score a été un solide facteur prédictif du bénéfice de la chimiothérapie en termes de survie sans maladie (interaction p = 0,029), de survie globale et de survie spécifique au cancer du sein dans les cinq premières années.1

Étude RxPONDER

RxPONDER (SWOG S1007) est un essai randomisé prospectif en cours visant à établir l’effet de la chimiothérapie chez les patientes présentant un cancer du sein positif aux récepteurs hormonaux (RH+), HER2 négatif avec 1 à 3 ganglions lymphatiques axillaires positifs, y compris des micro-métastases3. À cette fin, les patientes éligibles, dont les résultats Recurrence Score® (RS) étaient compris entre 0 et 25, ont été randomisées pour recevoir soit une chimiothérapie adjuvante suivie d’une hormonothérapie, soit une hormonothérapie seule3.

Schéma de l’étude RxPONDER : des patientes avec atteinte ganglionnaire (1 - 3 ganglions) ayant des résultats Recurrence Score de 0 à 25 ont été randomisées pour recevoir soit une hormonothérapie seule, soit une chimio-hormonothérapie3


Lors d’une analyse intermédiaire prédéfinie en septembre 2020, le comité de surveillance et de suivi a conseillé aux investigateurs de l’étude de rapporter les résultats disponibles de l’essai clinique. Les résultats préliminaires ont été présentés au congrès San Antonio Breast Cancer Symposium le 10 décembre 20203. 5 015 patientes au total ont été incluses dans l’analyse avec un suivi médian de 5,1 ans.


Patientes ménopausées

La survie sans maladie invasive (IDFS) à 5 ans stratifiée par statut ménopausique était similaire pour les patientes ménopausées traitées par hormonothérapie, avec ou sans chimiothérapie (rapport de risque 0,97 ; IC à 95 % 0,78 à 1,22 ; p = 0,82)3. L’absence de bénéfice de la chimiothérapie a été observée indépendamment des facteurs clinico-pathologiques, tels que l’âge de la patiente, le grade de la tumeur, la taille de la tumeur, le nombre de ganglions positifs, le type de chirurgie ou le groupe Recurrence Score (résultats 0 - 13 versus résultats 14 - 25)3. Aucune différence significative n’a été observée en termes de survie globale (OS) (OS à 5 ans 96,2 % pour la CHT contre 96,1 % pour l’HT ; rapport de risque 0,96 ; IC à 95 % : 0,70-1,31 ; p = 0,79).3

Sur la base de cette analyse intérimaire, les auteurs ont conclu que la majorité des patientes N1 ménopausées ne tirent aucun bénéfice de la chimiothérapie adjuvante, quels que soient les paramètres clinico-pathologiques, et peuvent donc probablement renoncer à la chimiothérapie adjuvante sans compromettre l’IDFS, sur la base de résultats Recurrence Score® compris entre 0 et 25.3

Les patientes N1 ménopausées dont les résultats RS® étaient compris entre 0 et 25 n’ont tiré aucun bénéfice de l’ajout de la chimiothérapie à l’hormonothérapie, quel que soit le critère d’évaluation rapporté3



Patientes pré-ménopausées

Pour les patientes pré-ménopausées, la survie sans maladie invasive (IDFS) à 5 ans a différé significativement selon le traitement (rapport de risque de la chimiothérapie 0,54 ; IC à 95 % 0,38 à 0,76 ; p = 0,0004)3, avec une différence absolue de 2,9 % concernant la récidive à distance comme premier site. Le bénéfice de la chimiothérapie a été observé indépendamment des facteurs clinico-pathologiques, tels que l’âge de la patiente, le grade de la tumeur, la taille de la tumeur, le nombre de ganglions positifs, le type de chirurgie ou le groupe Recurrence Score (RS 0 - 13 vs RS 14 - 25)3. Plus particulièrement, la survie globale (OS) à 5 ans était significativement plus importante chez les patientes pré-ménopausées traitées par chimiothérapie plus hormonothérapie, par rapport à l’hormonothérapie seule (98,6 % contre 97,3 % ; rapport de risque 0,47 ; IC à 95 : 0,24-0,94 ; p = 0,032).3

Sur la base de cette analyse intermédiaire, les auteurs ont suggéré que les patientes pré-ménopausées présentant un cancer du sein N1 et des résultats Recurrence Score compris entre 0 et 25 tirent un bénéfice significatif de la chimiothérapie adjuvante. Les données relatives aux critères d’évaluation secondaires seront rapportées ultérieurement.3

Les patientes N1 pré-ménopausées dont les résultats RS® étaient compris entre 0 et 25 ont tiré un bénéfice significatif de l’ajout de la chimiothérapie, avec un bénéfice de 2,9 % en termes de récidive à distance3



ABRÉVIATIONS

BCSS = survie spécifique au cancer du sein
IC = intervalle de confiance
CT = chimiothérapie
DDFS = survie sans maladie à distance
HER2– = négatif au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain
RH+ = positif aux récepteurs hormonaux
N+ = avec atteinte ganglionnaire
N0 = sans atteinte ganglionnaire
N1mi = micro-métastases lymphatiques ganglionnaires
N1 = 1–3 ganglions positifs
RS = résultat Recurrence Score SEER = Surveillance, Epidemiology and End Results program
TAILORx = Trial Assigning IndividuaLized Options for Treatment (Rx)

RÉFÉRENCES
  1. Albain et al. Lancet Oncol. 2010.
  2. SWOG. Communiqué de presse. 2020.
  3. Kalinsky et al. SABCS. 2020. GS3-00.
  4. Paik et al. J Clin Oncol. 2006.
  5. Geyer et al. NPJ Breast Cancer. 2018.
  6. Stemmer et al. NPJ Breast Cancer. 2017.
  7. Hortobagyi et al. SABCS. 2018.
  8. Nitz et al. Breast Cancer Res Treat. 2017.
  9. Paik et al. N Engl J Med. 2004.
  10. Sparano et al. N Engl J Med. 2018.
  11. Dowsett et al. J Clin Oncol. 2010.
  12. Petkov et al. NPJ Breast Cancer. 2016.
  13. IQWiG. Press release. 2018.
  14. Andre et al. J Clin Oncol. 2019.
  15. Directives NCCN. 2018.
  16. NICE. 2018.
  17. Burstein et al. Ann Oncol. 2019.
  18. Cardoso et al. Annals of Oncology. 2019.
Making cancer care smarter.™